Maléfices

Résumé: Portland est sous le choc. Un criminel s'introduit dans les maisons pour y déposer des araignées parmi les plus dangereuses au monde. Les unes après les autres, les familles comptent leurs blessés, leurs morts. Dans le même temps, on découvre dans la forêt des corps de femmes entièrement momifiés dans de la soie d'araignée. Les victimes sont vidées de leurs organes, comme aspirées. Les rumeurs les plus folles se propagent...

Joshua Brolin et Annabel O'Donnel s'immiscent dans l'enquête. L'ex-profiler du FBI et la détective new-yorkaise vont entrer dans la toile et faire face à l'impensable. Quel est ce monstre, qu'on surnomme bientôt Arachné, et dont les empreintes sont celles de personnes disparues ? Comment fait-il pour entrer chez ses victimes sans jamais être vu, sans effraction, et enlever ses proies en pleine nuit au nez et à la barbe de toute la famille ? Peu à peu, on commence à murmurer le pire. Et s'il n'était pas humain ?
 

*****

 

     Il y à quelques minutes à peine que s'est achvée la lecture de Maléfices, troisème volet de la trilogie du mal de Maxime Chattam. Je vous avoue avoir une petite peine à l'idée de quitter cette délicieuse saga. Mais le deuil sera de courte durée avec l'arrivée le 02 mai 2013 de "la conjuration primitive". Le prochain bijou de Max qui nous permettra de retrouver Joshua Brolin, pillier de la saga.

     Parlons peu mais parlons bien de Maléfices, là est le but de cette chronique. J'avoue franchement que ce troisième volet m'a quelque peu déçu par rapport à ces prédécesseurs, feu L'âme du mal et In tenebris. Manque d'idées pour cet ultime volet? Idée nouvelle sur un territoire fantastique non maîtrisé? Quel qu'en soit la raison, n'en demeure t-il pas moins intéressant.

     L'intrigue des deux premiers volets, avait une atmosphère plus angoissante, opressante, son lot de sadisme et de tueurs machiavéliques. Plaisir que je n'ai pas su retrouver ici. On retrouve cependant au fil des pages, un Joshua Brolin dont nous avons vu l'évolution psychologique au fil des pages mais aussi les personnages d'Anabelle (In Tenebris) où encore d'Anthony, milliardaire excentrique et mystérieux de l'âme du mal.

     La trame du roman reste quand même plaisante tout comme la plume de l'auteur qui se veut toujours aussi agréable et efficace. Maxime Chattam a toujours ce sens du détail inégalé, cet art de distiller le suspense au compte goutte page à page. Ainsi reste t-il maître dans son domaine de prédilection...

     Dans l'ensemble j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir cet auteur et cette divine trilogie (et non comédie tel Dante Aligieri). Je ne peut que vous la conseiller, que vous soyez adeptes de Maxime Chattam où novices en la matière.

     Je ne développerai pas d'avantage l'histoire pour ceux participant au même titre que moi à la LC sous peine de voir ma tête au bout d'une pique. Sur ces belles paroles, je vous souhaite donc une cauchemardesque journée et vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures...

 




Sujet: Maléfices

Aucun message nʼ a été trouvé.

Nouvel avis

Lueurs mortes